les étapes de fabrication des tapis marocains 100 % laine:

La fabrication des tapis est une tradition très antique au Maroc et que les différentes régions  pratiquent par excellence, surtout dans la région berbère dont le tapis représente l’identité.

Pour fabriquer des tapis, l’élément principale est la laine, extraite des troupeaux de moutons après la tonte dès les premiers pas d’été.

À une certaine époque, les femmes berbères utilisaient l’eau de mer et les plantes saponaires pour laver et dégraisser la laine.

Mais maintenant,.les femmes utilisent l’eau des puits ou des rivières selon leurs ressources.

Après que la laine ait été nettoyée, égouttée  et séchée au soleil, , elle est prête pour le véritable travail. Les femmes commencent à l’adoucir avec un peigne appelé ‘’ MCHOT’’ , puis elles procèdent au cardage et au  filage qui transforment la laine de son état brut en fils de laine prêts à la consommation et à la production du tapis. C’est là où commence la mission des femmes tisseuses, qui donnent naissance au tapis.

les types de tapis et leurs régions:

Le  Maroc est connu par ses beaux tapis qui décorent les espaces les plus luxueux du monde. Mais chaque région du pays s’identifie par son propre tapis qui la représente devant les autres régions et qui prend en compte ses caractéristiques selon le climat et les ressources de la région.

Dans les régions du moyen atlas,les tapis sont reconnus par leurs grande épaisseur et leurs poids lourds. Ceci est dû aux conditions météorologiques de cette région et à l’abondance de la laine

Pour la région de Ouarzazat, et plus précisément à Taznakht, le tapis est reconnu par sa haute qualité de laine tondue des moutons de la régions et par la simplicité de la décoration qui est la plus dominante.Les tapis sont colorés naturellement ( le rouge henné, le jaune safran,le marron ou le noir comme couleurs authentiques de la laine).

Pour la région de Marrakech-Chichaoua, les tapis sont célèbres par leurs couleurs chaudes (rouge,orange,rose foncé..) et leurs dessins géométriques, mais les plus primitifs portent des dessins de personnages et d’animaux.

À khemissat-Zemmour,on trouve plutôt des (kilim) tissés et brodés,qui sont célèbres par leur finesse et par leur variation de couleurs.

Enfin, chaque région a sa création unique de tapis et sa propre version.

Vous pourrez trouver des tapis de toutes formes et couleurs suivant les traditions et les ressources de ces villes ou régions.

Les tapis: source de vie pour des femmes berbères:

Au Maroc, pour les femmes tisseuses,  les tapis qu’elles fabriquent avec leurs propres mains sont leur plus grande fierté. C’est un savoir-faire, aujourd’hui, en cours de disparition, puisque les jeunes femmes considèrent le tissage comme un métier difficile et compliqué.et lui préfèrent la couture. Seules les femmes berbères ont gardé cette profession ancestrale et transmettent de mère en fille.

Les tisseuses gèrent elles-mêmes les revenus de cette activité, ce qui leur donne  une autonomie et un sentiment de sécurité financière.

Malgrés les difficultés auxquelles elles sont confrontées pour vendre leurs tapis( difficultés de commercialisation,points de vente…),elles se sentent plus libres.expressément et financièrement puisque cette activité constitue une source de revenus pour des familles qui vivent dans le milieu rural…

La valeur du tapis change selon la transaction effectuée entre les productrices et les marchands, avant d’arriver aux clients

La valeur du tapis n’a jamais été relative à son âge mais à l’art qu’il contient, au message qu’il passe, et aux efforts fournis par les femmes lors de sa production .  


L’histoire berbère marocaine:

Le peuple berbère doit son nom  aux Grecs et aux Romains. Ceux-ci appelaient barbares tout peuple dont ils sont incapables de comprendre la langue et la civilisation.

En Afrique du Nord, les berbères ont une histoire très riche. Ce sont les premiers habitants du Maroc (au moins 5.000 ans.) mais ils préfèrent toutefois l’appellation Amazigh qui signifie (homme libre). L’est de l’Égypte est la véritable origine du peuple berbère, ce qui n’a jamais été démontré par les historiens.

   La langue berbère:

Au Maroc environ 40%du peuple parle la langue berbère, mais elle n’est pas officielle dans tout le pays même si cela est mentionné par la Constitution depuis 2011. La langue berbère est divisée en ;

– Le rifain :Le Riff est une région du nord du Maroc, limitée par la mer Méditerranée au nord et l’océan atlantique à l’ouest.

-Le tamazight ou berbère : parlé dans le Moyen Atlas, une partie du Haut Atlas. Il dispose d’un alphabet (le tifinagh).

– Le tachelhit : Parlé  dans le haut atlas et dans Al-Atlas assaghir.

la façon d’expression de la femme berbère:  

Dans la culture berbère, les symboles et tatouages n’expriment pas la joie. Ce sont des outils pour traduire les souffrances et la misère des femmes. .Les tatouages peuvent marquer l’appartenance à un groupe social, préserver la femme de la maladie et du mauvais œil et peuvent même booster la fertilité de la femme à son sens universel. Les signes apparaissant sur les tatouages ont une signification très riche. Par exemple :

– Le trait vertical qui symbolise Dieu et la vie, ainsi que le premier outil planté en terre par l’homme. Il est un des symboles utilisés dans les tapis berbères

-Le signe X exprime un corps de femme ouvert, prêt à concevoir

-Le losange est aussi si présent dans les créations des femmes berbères. Il représente les étapes primordiales de la vie d’une femme. Certains y voient plus précisément la vie intime des femmes, la virginité, le passage de l’adolescence libre à la femme mariée, les naissances, etc.. Mais l’intimité reste secrète, car plusieurs femmes peuvent travailler sur un même tapis.

-La croix est le signe de l’accouplement, tandis que le losange à double crochet est l’un des symboles de la naissance parmi les plus courants

les symboles des tapis. Des messages chiffrés:

Nous sommes habitués à toucher le tapis sans le comprendre, à en négocier le prix sans en connaître la vraie valeur. Combien d’entre nous savaient que dans ce tapis de laine, se cachent une histoire secrète, une réalité transmise en langage codé ? C’est celui de la femme berbère qui l’a créé. Cela a toujours été un grand mystère dont seuls les historiens, les experts de la culture amazigh, passionnés de la collection d’objets anciens et valeureux, les antiquaires et les galeristes peuvent valoriser. Les vendeurs donnent souvent des arguments de vente basés sur la qualité de la laine, l’éclat des couleurs et le fait que le tapis ait été fabriqué à la main. mais malheureusement, peu de gens sont capables d’en déchiffrer les signes, en découvrire le sens et comprendre le message qui y est transmis .

Et voyant que la femme qui s’est occupée du tissage est toujours absente lors de l’opération de vente, le tapis reste sans compréhension. Pour ceux quI savent décrypter ces messages, ils confirment que ces tapis ont un fort rapport avec les croyances et l’imaginaire qui distingue une femme d’une autre bien que chacune exprime ses propres expériences et sa vie intime à travers ces symboles.

Ce langage abstrait des signes traduit les sentiments et les états d’âme de la femme berbère  au moment du cardage, du filage et du tissage de la laine pour nous offrir un joli tapis…